Carte du cimetière

1. Portail du Souvenir 2. Centre d’accueil Arthur Hair 3. Rond-point Currie 4. Mât du drapeau 5. Mémorial des sépultures de guerre du Commonwealth 6. Mémorial des Forces aériennes 7. Mémorial de l’Armée 8. Mémorial de la Marine 9. Rond-point de Salaberry et Mémorial des Vétérans 10. Rond-point D’Urban 11. Rond-point de la Paix 12. Jardin d’eau commémoratif 13. columbarium

 

   

1.  Portail du Souvenir et Chapelle

 

L’entrée du Champ d’honneur national est signalée par le Portail du Souvenir, une arche d’allure médiévale flanquée de deux tours.  Le Portail a été construit en 1937 grâce à des dons de particuliers et de la Ville de Pointe-Claire.  Il honore la mémoire de ceux qui ont donné leur vie au service du pays.  En 1973, une chapelle œcuménique est ajoutée dans la tour sud, don de Bruce Brown, un administrateur du Fonds du Souvenir.

 

 

2.  Centre d'accueil Arthur Hair

 

Cette petite maison porte le nom du fondateur du Fonds du Souvenir. Construite grâce à un don de Bruce Brown, elle a servi de résidence au gardien du cimetière de 1975 à 2005.  Elle devient par la suite un bureau administratif et d’accueil pour les visiteurs.

 

 

   
 

3.  Rond-point Currie

 

Au centre s’élève la Croix du Sacrifice, un monument de granit haut de 5m (16,4 pi.) érigé à la mémoire du général Sir Arthur Currie le 24 mai 1934. Après avoir commandé le Corps canadien pendant la Première Guerre mondiale, le général Currie a été président du Fonds du Souvenir de 1924 à 1932, puis principal et vice-chancelier de  l’université McGill.  Décédé en 1933, sa dépouille repose au cimetière Mont-Royal à Montréal.

 

Le 30 juin 1947, Arthur Hair fut la première personne enterrée dans ce secteur. Aussi appelé Rond-point des administrateurs, il est réservé à l’inhumation des dirigeants du Fonds du Souvenir.

 

4.  Le mât du drapeau

 

Un impressionnant mât métallique haut de 22 m (72 pi.) arbore le drapeau canadien. Don de la Canada Steamship Lines, dont il dominait un des navires, le mât fut érigé par Dominion Bridge en 1930.  À l’origine, il était surmonté d’une Lampe du Souvenir allumée au crépuscule, une tâche que chérissait Arthur Hair.

 

 

 
 

5.  Mémorial des sépultures de guerre du Commonwealth

 

Sur ce monument érigé par la commission des Sépultures de Guerre du Commonwealth figurent les noms des vétérans canadiens dont le lieu de sépulture est inconnu.  Créée en Angleterre en 1917, la Commission s’occupe principalement des sépultures de soldats du Commonwealth disparus au cours des deux grandes guerres mondiales. Avec le Fonds du Souvenir, elle a longtemps œuvré pour éviter que les cimetières ne reconvertissent les anciens lots.  Grâce à leur intervention, cette pratique n’est plus permise au Québec.

 

 

6.  Mémorial des Forces aériennes

 

Ce monument dédié en 2003 à la mémoire des vétérans des Forces aériennes canadiennes et alliées.  L’hélice et ses accessoires sont un don de la Laurentide Aviation.  Le socle de pierre a été offert par le lieutenant d’aviation Howard Ripstein, administrateur de la filiale québécoise du Fonds du Souvenir. 

 
 

7.  Mémorial de l'Armée

 

Ce canon de 15 cm (6 po.) fut donné par l’Armée canadienne en 1999 en l’honneur des soldats canadiens et alliés qui ont fait le sacrifice suprême pour la nation.

 

 

     

8.  Mémorial de la Marine

 

 Don de la Garnison de Longue-Pointe des Forces canadiennes, cette ancre fut dédiée en 1998 à la mémoire des marins canadiens et alliés.

 

 

 
 

9.  Rond-Point de Salaberry et Mémorial des Vétérans

 

Le rond-point porte le nom du lieutenant-colonel Charles-Michel de Salaberry(1778-1829), un Canadien français issu de la noblesse. Commandant des troupes canadiennes qui ont stoppé la marche des envahisseurs américains en 1812, à la bataille de la ferme Crysler, il a servi dans l’armée canado-britannique et commandé les troupes dans l’ancien Bas-Canada.

 

Au centre se trouve le Mémorial des vétérans, dédié aux Canadiens, hommes et femmes, qui ont perdu la vie pendant les deux grandes guerres mondiales et la guerre de Corée.

10.  Rond-Point D’Urban

 

Dans cette parcelle de terrain se trouvent les plus anciennes tombes du Champ d’honneur, celles de soldats ayant servi au Canada et à l’étranger dès le 18e siècle: raids féniens, guerres napoléoniennes, bataille de Waterloo, guerre de 1812… Ces vétérans étaient inhumés au cimetière militaire Papineau (au centre-ville de Montréal), qui fut utilisé par les Forces britanniques de 1814 à 1869.  Comme il se trouvait sur le site d’une nouvelle voie d’accès au pont Jacques-Cartier, un déménagement s’est imposé. Une entreprise titanesque pour le Fonds du Souvenir.

 

Les premiers enterrements avaient eu lieu 130 ans plus tôt, si bien que l’identification des personnes inhumées s’avérait problématique.  Les dossiers étaient imprécis et les pierres tombales sérieusement détériorées.  Heuseusement, un bénévole du nom de Sydney Ham a compilé une liste de tous les militaires enterrés au cimetière Papineau.  Un geste inestimable à la mémoire de ces vétérans et de l’histoire canadienne.

 

En cinq jours, les vestiges de 1797 tombes ont été exhumés puis déménagés au Champ d’honneur national, ainsi que les pierres tombales.  Le transfert s’est terminé le 21 juillet 1944.

 

L’obélisque au centre du rond-point provient du vieux cimetière Papineau.  Jusqu’en 1944, il s’élevait sur la tombe de Sir Benjamin D’Urban, un tribut à sa mémoire par ses anciens compagnons d’armes.  La carrière du soldat D’Urban débute en 1793 alors qu’il participe aux guerres napoléoniennes, s’illustrant comme quartier-maître général durant la guerre de la Péninsule.  Un brillant administrateur, il est reconnu pour sa politique de développement territorial dans la Colonie du Cap.  La ville de Durban en Afrique du Sud porte d’ailleurs son nom.  Le général D’Urban sera ensuite commandant des Forces britanniques en Amérique du Nord, jusqu’à son décès en 1849.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11.  Rond-Point de la Paix

 

Dédié en 1997, après que le Canada eut modifié la définition de vétéran pour inclure ceux qui ont œuvré pour la paix aux quatre coins du globe, ce monument est l’œuvre de Jean Bernard, vétéran de l’Aviation royale du Canada pendant la Deuxième Guerre mondiale. Une colombe est perchée sur un bloc de granit rose qui porte l’inscription Paix—Peace.  Le monument a été financé par Anciens Combattants Canada, la direction du Québec de la Légion Royale canadienne, la filiale montréalaise du Corps canadien des Commissionnaires et la Banque ABN-AMRO du Canada.

 

 

 
 

12.  Jardin d'eau

 

Dans un emplacement qui reflète la tranquillité du monument de la Paix, ce jardin d’eau est consacré à la mémoire des militaires canadiens qui reposent au cimetière Brookwood à Surrey en Angleterre.  Il a été financé par la Succession Doug Ferguson de North Battleford en Saskatchewan et par la Filiale du Québec du Fonds du Souvenir.

 

 

13.  Columbarium

 

Le dernier arrêt de cette visite mène au columbarium ouvert en 2005—année de l’ancien combattant.  Construit en granit, il comprend 12 unités qui offrent un choix de plus de 800 niches extérieures pour contenir les urnes funéraires.